Le complotisme et ses experts

Comme annoncé précédemment, notre prochaine séance ne se tiendra pas en présence physique mais de manière digitalisée, en voici les spécificités :

– la réunion se tiendra sur la plateforme Zoom grâce à ce lien ce mercredi 11 novembre à 20h30 : https://us02web.zoom.us/j/83813861482?pwd=b2hjOVZqN2UrSjVhRmpsNnBXdVFNZz09

Ceci nous permettra de partager dans un premier temps les interventions de la séance (vos micros respectifs seront coupés à votre arrivée dans la réunion, merci de les gardes ainsi jusqu’à l’ouverture de la discussion afin d’éviter tout brouillage).

Dans un second temps, les réactions et prises de paroles seront attribuées selon l’ordre d’arrivée (il faut pour cela « lever la main » : après avoir ouvert l’onglet « participants », il s’agit de l’icône en bas à droite de votre écran). Pour celles et ceux qui préfèrent l’écrit, cela reste possible en utilisant l’onglet « converser ».

Ceci sera une première pour le Groupe vaudois de philosophie et nous porterons autant d’attention que possible à ce que les interactions se déroulent au mieux et nous vous remercions d’avance pour votre indulgence.

– Par ailleurs, la réunion sera retransmise en direct sur Facebook et Youtube où il vous sera possible de suivre la séance. Sur ces deux applications, les commentaires sont possibles mais vous comprendrez aisément que la gestion des trois flux rendra complexe la gestion du temps et que nous privilégierons les interactions sur Zoom.

– Si vous ne souhaitez pas apparaître à l’écran pour des raisons personnelles, veuillez couper votre caméra ou simplement suivre sur un des deux canaux de diffusion en direct (vous pouvez aussi modifier le nom sous lequel vous apparaissez dans Zoom pour protection de la vie privée). Quant à la question du droit à l’image et à la personnalité, après les recommandations ici données, votre participation à la réunion sur Zoom a valeur d’autorisation d’exploitation.

Comment construire un monde commun avec ce qu’on appelle les théories du complot? Sont-elles vraiment des menaces pour nos démocraties? Faut-il y voir un rejet de toute rationalité, comme certains le prétendent? Ou peut-on imaginer d’autres possibles pour cette confrontation?

Si les savoirs qui animent les différents groupes sociaux se produisent selon une conflictualité irréductible, alors certains groupes en viennent nécessairement à prétendre incarner une forme de norme cognitive, et à taxer les autres de délirants. On pourrait même dire que plus une norme de rationalité devient impérieuse, plus elle produit, hors de son cercle, des réactions.

C’est dans un tel contexte de crise de confiance de la rationalité que se pose aujourd’hui la question des fake news et autres théories du complot, largement diffusées à travers la multiplication des nouveaux canaux d’information. Alors, comment rendre compte de cette diversité sans la caricaturer à notre tour ? Quant aux savoirs minoritaires, que disent-ils de notre capacité à faire monde? Telles sont quelques unes des questions que nous aborderons lors de cette soirée.

Ce sera l’occasion de reprendre et d’amplifier certains enjeux abordés lors de la soirée du 7 octobre, avant d’y consacrer une pleine journée de réflexion en février 2021.