(Re)faire monde – réapproprier les savoirs

La crise du Covid qui se prolonge, avec sa débauche de courbes et de chiffres menaçants, nous montre à quel point les enjeux liés aux savoirs et aux expertises sont importants dans une société complexe comme la nôtre. Comment “faire monde” à travers une telle intrication de discours et à travers la contradiction des différents modes de validation de ces discours ?

Si tant est que la cohérence et l’unité du monde ne vont jamais de soi, une telle complexité sociale rend néanmoins la condition de l’individu moderne encore plus incertaine. Devient-il nécessaire de mieux développer notre capacité à supporter l’incertitude ? Le danger d’une désarticulation sociale ou d’une simplification outrancière des fronts politiques ne vient-il pas de notre insatiable désir de certitude et de contrôle ?

Et que deviennent les centres officiels du savoir en période de crise et de remise en question globale ? Nous pouvons observer une inquiétude grandissante de la part du savoir universitaire, certifié conforme, face à la montée de rumeurs parallèles, de constructions minoritaires, qui prennent parfois la forme tant honnie de “théories du complot”. Nous pensons qu’il s’agit là d’un symptôme à considérer avec soin, sans le mépriser trop vite du haut de nos supposées connaissances expertes. Et si les individus réclamaient une prise autonome sur leur monde ? Et si ce désir de prise traduisait une angoisse plus profonde, face à une perte en monde ?

Nous souhaitons aussi orienter notre attention vers les trajets de militance sur lesquels débouchent ces nouvelles configurations des savoirs. Que l’on se dresse en faveur du climat, contre les lobbies agro-alimentaires ou plus largement contre la corruption politique, on le fait en fonction de certaines connaissances partagées, et selon des affects qui accompagnent nécessairement les modes de diffusion de ces connaissances. Comment se construisent les trajectoires d’action ? Selon quels récits, quelles temporalités ? Quels enjeux collectifs et politiques s’articulent ainsi autour de la diffusion des savoirs ?