La Terre: État des lieux

Mercredi
3.10.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Pour cette première séance, nous souhaitons présenter un état des connaissances concernant notre planète et son fonctionnement: quelle unité forme le système terre? Quelle solidarité lie le vivant au sein de la biosphère? Quelles rétroactions sont ici à l’œuvre? Quelles menaces pèsent sur cette fragile enveloppe? Pour nous présenter cet état des lieux et ces notions de base, nous aurons le plaisir d’accueillir Augustin Fragnière, philosophe et spécialiste des questions de climat et de durabilité écologique à l’Université de Lausanne.

Encore l’Apocalypse! (Fictions, catastrophes et expériences du soin)

Mercredi
31.10.2018
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

La fiction littéraire et cinématographique a toujours exploité le thème de la catastrophe. D’Armageddon à La Route en passant par Ravage ou Le Jour d’après, nous prenons plaisir à imaginer la destruction potentielle de toute civilisation. Mais ce désir de catastrophe, auquel nous souscrivons le temps d’un film ou d’une lecture, s’ancre dans un besoin profond: celui de nous renouveler, d’imaginer d’autres mondes, d’autres manières d’être. Nous explorerons durant cette séance les vertus insoupçonnées de ces fictions-catastrophes. Et si, en simulant la destruction du monde, nous cherchions en fait à le préserver, à l’améliorer? Cette séance sera animée par Colin Pahlisch, doctorant à l’UNIL et formateur en philosophie à l’UPL.

Affects et expérimentations politiques: inventer de nouvelles formes de vie

Mercredi
21.03.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Il n’y a pas de politique sans affects. Ceux-ci se combinent ou s’opposent, augmentant ou diminuant la puissance des protagonistes de l’action politique. Certains considèrent que la démocratie représentative, parlementaire, constitue l’état final de la démocratie, alors que d’autres souhaitent perfectionner et étendre cette dernière pour favoriser l’émergence de nouvelles formes de vie. Ces formes passent souvent par un (ré-)ancrage fort sur le territoire. Notre époque est celle de l’affrontement entre «les Terriens» de la relocalisation et «les Martiens» de la globalisation. Le cas des «zones à défendre» (ZAD) nous fournira l’occasion d’illustrer comment le désir de démocratie radicale et de communauté est susceptible d’ouvrir de nouveaux possibles face à une vision rachitique du politique.

Toute la joie du monde

Mercredi
13.06.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Retour sur le projet spinozien avec Michel Vanni.

La pensée de Spinoza culmine au livre V de l’Ethique dans une compréhension active de la Substance divine: ce qu’il appelle amour intellectuel de Dieu. Cette compréhension aimante de la Nature et de son ordre doit selon Spinoza nous conduire à une Joie durable: une véritable béatitude. Un tel affect puissant correspond également à une connaissance dite de troisième genre, qui ne procède plus par notions générales mais saisit chaque chose singulière dans sa spécificité, en tant que mode fini de la Substance divine.

Il s’agira tout d’abord de retracer fidèlement l’enthousiasme joyeux exprimé par la conception spinozienne, avant de nous interroger sur la possibilité d’expérimenter pour nous-mêmes une telle joie compréhensive vis-à-vis du monde. En particulier, on s’interrogera sur notre capacité à saisir l’infinité de la Substance, et à saisir cette substance elle-même. Peut-on imaginer une version moins optimiste de la pensée de Spinoza, moins confiante en notre capacité de saisir l’Infini, mais qui en conserve la puissance de Joie ? On s’efforcera alors de promouvoir la possibilité d’une joie dans et de la finitude, en prenant notamment appui sur la pensée écologique de Arne Naess, elle-même inspirée librement de Spinoza.

Le théâtre – vecteur d’exploration de «ce que peut le corps»

Mercredi
16.05.2018,
18h30 et 
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Avec Denis Guénoun, philosophe et inventeur en théâtre

Autour et à partir de Aux Corps Prochains (sur une pensée de Spinoza) et de Une pensée en jeu de scène, article pour la RMM

Denis Guénoun est philosophe, intime connaisseur de la pensée de Spinoza et actif dans les arts de la scène, en particulier ce qu’on a coutume d’appeler «théâtre».

Une des questions rectrices de son travail est impulsée par la fameuse remarque de Spinoza que nous ne savons pas «ce que peut le corps». Donner vie à cette interrogation, la rendre sensible en quelque sorte est au cœur du travail d’invention scénique que poursuit Guénoun au Théâtre national de Chaillot puis au TNP de Villeurbane. Dans cette lignée, il réalise en 2015 un spectacle intitulé Aux corps prochains (sur une pensée de Spinoza), spectacle filmé et mis à disposition sur le site personnel de l’auteur (http://denisguenoun.org/theatre/videos-integrales/). Il a par ailleurs été sollicité pour produire et livrer à la Revue de métaphysique et de morale un texte – Une pensée en jeu de scène – dans lequel il réfléchit sa pratique théâtrale.

L’idée de cette soirée est d’engager un dialogue avec Denis Guénoun – autour de la question et de sa manière de lui donner vie dans le théâtre et dans l’écriture philosophique. Sa fécondité suppose que les participants aient pu voir le spectacle et pris connaissance d’une manière ou d’une autre du texte (court : il fait 8 pages. Il est mis à disposition ici). À cette fin, la MdQ organise, en ouverture de soirée à partir de 18h30, une projection du spectacle «Aux corps prochains» (durée: un peu moins de 1h10’) qui sera accompagnée d’une présentation de l’article cité. Un intermède-apéritif suivra ce premier moment et à 20h30, heure habituelle, nous retrouverons Denis Guénoun pour un entretien, à partir de et autour du spectacle et de son texte. Ayant déjà prononcé à plusieurs reprises cette conférence, il a formulé le vœu que la soirée soit un échange plutôt qu’un exposé. La formule nous a semblé suffisamment intéressante et stimulante pour que nous acceptions cette offre.

C’est donc à une soirée d’échanges autour du théâtre comme vecteur d’exploration de ce que peut le corps que nous vous convions pour cette séance. Le défi est de parvenir à entrer dans une pensée se faisant dans et par le dialogue et la rencontre ainsi que le heurt des corps.

Nous vous espérons nombreux à le relever!

L’imperium le meilleur selon Spinoza: le démocratique ou l’aristocratique?

Mercredi
18.04.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Rencontre avec Ivan Segré

Nous abordons le dernier ouvrage rédigé par Spinoza, resté inachevé à sa mort intervenue en février 1677, le Traité politique. Dans celui-ci, nous mettons la focale sur un des concepts centraux de l’ouvrage, soit l’Imperium, dont le sens au cours de l’ouvrage flotte au gré des contextes à tel point que les traducteurs sont amenés à le rendre alternativement par pouvoir, Etat, gouvernement, souveraineté. Ce constat a finalement déterminé son plus récent traducteur en français, Bernard Pautrat, à le traduire par … «imperium»!

Il s’agira de tenter de clarifier le concept, au-delà de la multiplicité des sens qu’il prend selon les passages. S’il nomme la puissance d’agir de la multitude, quelle en est, alors, la forme d’organisation la meilleure: la monarchique, l’aristocratique ou la démocratique? De cette dernière, Spinoza dit dans les premières lignes qui lui sont consacrées (ch. 11), qu’elle est «absolue en tout» mais son exposition s’interrompt à peine entamée. Le recours à cette formule suffit-il à conclure que, pour son auteur, la démocratie est la meilleure mise en forme de la puissance collective d’agir?

On déploiera les termes de cette question, entre autres en discutant les lectures qu’en font quelques lecteurs versés dans la chose spinozienne, et en versant au débat, notamment, ce propos de l’auteur que, «si c’était libres de tout affect et conduits par le seul zèle pour le bien public que les patriciens choisissaient leurs collègues patriciens, aucun imperium ne supporterait la comparaison avec l’aristocratique».

Incertitude, ainsi, entre l’ «absolument absolu» que serait la démocratie et la supériorité qualitative d’une aristocratie qui s’ordonnerait en vue du bien public: la puissance de la multitude trouve-t-elle son maximum dans la démocratique ou dans l’aristocratique? Telle est d’un mot l’interrogation qui servira de fil directeur à notre exploration de cette œuvre et de la notion d’imperium dont elle est, en somme, le traitement systématique.

Ivan Segré
Né à Paris en 1973, il est docteur en philosophie et l’auteur de plusieurs livres dont Qu’appelle-t-on penser Auschwitz? (Lignes, 2009), Le manteau de Spinoza (La Fabrique, 2014) et Judaïsme et révolution (La Fabrique, 2014).

Les affects en psychopédagogie: feu sacré ou substance inflammable?

Mercredi
07.02.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Question traitée à la lumière croisée de quelques propositions de Spinoza sur les affects et de Freud sur la psyché.

Comment saisir et faire face adéquatement à la dynamique des affects dans l’éducation vaudoise? Et plus particulièrement, en milieu scolaire, comment prendre en considération les relations affectives dans la conduite des classes et des élèves sans céder à l’arbitraire des émotions; ni non plus, à l’autre extrême, à une rigidité moralisatrice ou à un déni relationnel déshumanisant? Cette problématique passionnante sera abordée en revenant sur une réflexion menée avec les directeurs et directrices des établissements scolaires vaudois, en 2013, dans le cadre de leur séminaire annuel de formation.

Après une contribution introductive de Philip Clark, la thématique sera présentée par Jacques Zwahlen, avec la participation du professeur Jacques Besson, chef du Service de psychiatrie communautaire du CHUV, et de Marc Ducret, directeur de l’établissement scolaire primaire et secondaire de La Tour-de-Peilz, ancien président de l’Association des Directeurs‐trices des Etablissements Scolaires Vaudois (ADESOV).

Mes affects et moi, une affaire compliquée…

Mercredi
10.01.2018,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Cette 4e séance de notre saison sera consacrée à la question des affects, ce qu’on appelle plus communément «les passions». L’affaire est d’importance puisqu’elle met en question pas moins que la question de la liberté, de sa possibilité: sommes-nous gouvernés sans reste par l’enchaînement nécessaire de nos passions? Grégoire Ventura orchestrera notre navigation dans les méandres de ces questions en partant du conatus inhérent à toutes choses pour arriver au désir humain et l’exemplification de celui-ci dans le cadre d’une passion amoureuse…

Hugues Poltier présentera un cartouche de 20’ sur un thème fameux de Spinoza: les genres de connaissance.

Durant cette soirée, il sera question des affects, notion fondamentale chez Spinoza. Pour les comprendre, nous évoquerons d’abord le principe général à l’œuvre dans toutes les manifestations de la nature, le conatus, qui n’est autre que l’effort de chaque chose de persévérer indéfiniment en son être. Nous nous intéresserons ensuite à un cas particulier de ce conatus, celui de l’être humain, qui prend la forme de la cupiditas (qui n’a pas en latin le sens péjoratif du mot français qui en dérive), soit le désir fondamental de l’être humain de conserver son être, ainsi que des sentiments tantôt de tristesse, tantôt de joie, qui lui sont intimement liés. 

Nous verrons alors que ces affects sont la véritable boussole de l’être humain lui permettant de construire son éthique: celui-ci désire une chose non pas parce qu’elle est bonne, mais c’est parce qu’il la désire qu’elle est bonne. Quel désir désirer? Voici la question que Spinoza pose en plein. Par le biais de quelle liberté, si le libre-arbitre n’existe pas?

Et parmi tous ces affects aiguillant le désir, se cachent des dangers majeurs pour le sujet qui les ressent. Ainsi, s’il est en proie à des passions trop vives, l’homme risque bien de courir tout droit à sa perte, et parfois, selon le mot du Poète qu’aime à citer Spinoza, voir le meilleur, mais faire malgré tout le pire. Mais c’est également au coeur même des affects qu’émergeront les remèdes aux dangers.

Et pour tenter de mieux cerner encore cette notion, nous explorerons les propositions de l’Ethique de Spinoza qui décortiquent les mécanismes de l’amour, en particulier entre un homme et une femme, sujet qui n’a semble-t-il pas laissé indifférent Spinoza, et exemplifierons notre propos, pourquoi pas, par quelques courts extraits d’un film classique.

Nouvelles trajectoires de la pensée

NOUVELLES TRAJECTOIRES DE LA PENSÉE – 6
LES OUTILS DE L’ÉMANCIPATION

Jeudi 14 décembre, 20h30
Le Café littéraire
Quai Perdonnet 33, Vevey

Autour du livre d’Éloi Laurent, Nos Mythologies Économiques (LLL, 2016)
par Philip Clark

«L’économie est devenue la grammaire de la politique… La politique parle de nos jours sous réserve d’une validation économique, et on le rappelle promptement à l’ordre dès que son verbe prétend s’affranchir de la tutelle du chiffre. Or cette grammaire n’est ni une science, ni un art, mais bien plutôt une mythologie, une croyance en un ensemble de représentations collectives fondatrices et régulatrices jugées dignes de foi, aussi puissantes que contestables…» 

Philip Clark, membre du groupe vaudois de philosophie, contestera donc avec Eloi Laurent certaines injonctions qui entravent nos imaginations et nos désirs et propagent une sorte de vulgate dont il est temps de se délester.

Dans le cadre du cycle de rencontres Nouvelles trajectoires de la pensée – Les outils de l’émancipation. Ce partenariat du Groupe Vaudois et du Café Littéraire est dédié à explorer les nouvelles trajectoires de la pensée philosophique et les outils de l’émancipation contemporaine. Le format de ces rencontres est très simple: un auteur, un livre, présentés par un membre de notre comité ou un-e invité-e. Il s’agira alors d’en suivre les arguments, d’explorer ses ramifications pour enfin discuter de ses thèses.

Tiens, j’ai une idée! … Qu’est-ce qui m’arrive?

Mercredi
06.12.2017,
20h30
Maison de Quartier sous-gare
(Avenue Édouard Dapples 50, Lausanne)

Idée, concept, représentation, autant de termes qui foisonnent autour de nous. Qu’il s’agisse de développer un concept pour un nouveau produit à vendre, de se faire une idée d’une situation donnée, ou de s’interroger sur la représentation que l’on aurait de telle culture: peut-on voir se dessiner un trait commun à ces activités? Des écrits de Spinoza à leur actualisation dans la champ de la musique, cette soirée sera l’occasion de se plonger dans ces problématiques d’hier et d’aujourd’hui.

Dans un premier temps, assuré par David Pagotto, il s’agira de se plonger dans le dualisme proposé par Descartes entre passions corporelles et activités de l’esprit, dualisme que Spinoza ne cessa de combattre. Ce sera ensuite l’occasion d’explorer cette dimension de la pensée de Spinoza qu’est l’activité mentale. Pour ce faire, on donnera quelques outils afin de se glisser dans l’Ethique – ce texte aussi aventureux à ouvrir pour la première fois que fascinant à explorer lorsqu’on sait un peu mieux y faire.

Dans un second temps plus expérimental, assuré par Jamil Alioui, les pouvoirs éclairants des concepts spinozistes seront mis à contribution d’une certaine compréhension de la musique composée. La bonne idée musicale n’est-elle pas la plus capable de persister dans son être (Bach)? La véritable liberté d’expression ne s’obtient-elle pas au cœur des contraintes les plus rudes (Boulez)? La composition musicale n’est-elle pas un moyen de connaître more geometrico les causes de nos affects et de nos désirs (Schönberg)? Il s’agira de discuter, mais aussi d’écouter des extraits musicaux.